Compo

Décryptage compo : shampoing liquides et solides

By 12 octobre 2020octobre 22nd, 2020No Comments

Quels sont les ingrédients que l’on trouve habituellement dans un shampoing ? Sont-ils dangereux pour la santé ? Pour l’environnement ?

Voici les questions auxquelles je vais répondre dans cet article. Vous allez mieux comprendre quelles garanties sont apportées par les labels bio. Et surtout, quelles alternatives choisir aux shampoings conventionnels pour retrouver de beaux cheveux au naturel.

 

LA COMPOSITION D’UN SHAMPOING

Les ingrédients que l’on trouve dans la liste INCI d’un shampoing liquide, du plus concentré au moins concentré dans le produit, sont les suivants :

  • eau (jusqu’à 95%)
  • agent nettoyant (tensioactif)
  • agent gainant ou hydratant
  • parfum, colorants et conservateurs
  • actifs cosmétiques

Je parlais en détail des parfums et colorants dans le décryptage compo d’une huile de soin. Et des conservateurs dans celui sur le sérum visage.

Pour un shampoing solide, c’est à peu près la même chose sauf qu’on ne trouvera pas d’eau. Les agents nettoyants et gainants seront sous forme de poudres. Il n’y a généralement pas de conservateurs, dans la mesure où il n’y a pas d’eau dans le produit.

 

LES INGRÉDIENTS D’UN SHAMPOING

Les agents nettoyants

Les sulfates

Ce sont les agents nettoyants que l’on trouve principalement dans les shampoings. Ils sont très efficace pour nettoyer mais en deviennent agressifs pour le cuir chevelu. Ils décollent les graisses à la surface du crâne, retirant ainsi le sébum nécessaire à la bonne santé des cheveux.

Je recommande à tout le monde de les éviter. Si vous avez un cuir chevelu sensible, irrité, des démangeaisons ou des pellicules, je vous le recommande d’autant plus !

L’agressivité des sulfates force les personnes qui les utilisent à se laver les cheveux souvent, à cause de cette sensation d’irritation et démangeaison. De plus, les cuirs chevelu gras ont tendance à produire un excès de sébum pour se défendre de cette agression. Ils regraissent donc vite ce qui nécessite … de refaire un shampoing !

Il existe des sulfates d’origine pétrochimique (comme le SLS). L’extraction de la matière première (le pétrole) pose de graves problèmes sur l’environnement. Le SLES, lui aussi dérivé du pétrole, est en plus éthoxylé. Cela signifie que sa fabrication nécessite l’utilisation d’un gaz extrêmement toxique et dangereux pour la santé humaine.

Il existe également des sulfates d’origine végétale, comme le SCS. Ils posent un peu moins de problèmes sur l’environnement mais restent très peu biodégradables. Ils sont souvent dérivés de l’huile de palme ou de coco, dont la surproduction est problématique dans de nombreux pays. Il est tout aussi agressif pour le cuir chevelu que les sulfates dérivés du pétrole.

Pour les reconnaître dans une liste INCI :

  • Sodium Laureth Sulfate (SLES) : interdit en cosmétique bio
  • Sodium Lauryl Sulfate (SLS) : interdits en cosmétique bio
  • Sodium Coco-Sulfate (SCS) : autorisé en cosmétique bio

 

Les tensioactifs doux

Ce sont des tensioactifs, au même titre que les sulfates. Cependant, ils sont moins agressifs pour le cuir chevelu. On les trouve souvent dans les shampoings solides et dans les shampoings bio sans sulfates.

Ils ont un pouvoir nettoyant moindre que celui des sulfates, ce qui peut donc laisser un effet poisseux sur certains types de cheveux. Ne fuyez pas pour autant !

Certaines personnes n’observent pas du tout d’effet poisseux (c’est mon cas). De plus, les cheveux doivent simplement s’habituer et l’effet poisseux disparaît au fur et à mesure du temps.

Le fait de réaliser une clarification peut aider. Enfin, le rinçage acide ou à l’eau froide permet de réduire significativement cet effet désagréable.

A lire aussi : Clarification des cheveux au bicarbonate

Pour les reconnaître dans une liste INCI :

  • Sodium Cocoyl Isethionate (SCI) : autorisé en bio
  • Sodium Lauroyl Methul Isethionate (SLMI) : autorisé en bio

A lire aussi : Quel shampoing solide bio naturel ? (Shampoing-Bio)

 

Les poudres nettoyantes

Certaines poudres de plantes ayurvédiques (shikikaï, sidr, reetha) contiennent naturellement des actifs nettoyants comme les saponines. C’est le cas également de la farine de pois chiche.

Pour les reconnaître dans une liste INCI :

  • acacia concinna fruit powder (shikakai) : autorisée en bio
  • zizyphus jujuba leaf powder (sidr) : autorisée en bio
  • sapindus moukorossi powder (reetha) : autorisée en bio

Les argiles, poudres d’origine minérale, ont une grandes capacité d’absorption. Elles captent les poussières, graisses et impuretés des cheveux et du cuir chevelu au lieu de les décoller.

Pour les reconnaître dans une liste INCI :

  • kaolin (argile blanche) : autorisée en bio
  • montmorillonite, illite (argile verte) : autorisée en bio
  • moroccan lava clay (rhassoul) : autorisé en bio 

Les poudres peuvent s’utiliser en masque, dans des recettes DIY. En plus des tensioactifs, les shampoings solides contiennent parfois ces poudres nettoyantes.

A lire aussi : Ma routine cheveux naturelle

 

Les agents hydratants et gainants

Les silicones

La plupart des produits capillaires conventionnels (= non bio) contiennent des silicones. Ils permettent d’obtenir de beaux cheveux, souples, gainés, ondulés, faciles à démêler … de manière très artificielle.

Les silicones sont très problématiques pour l’environnement car ce sont des plastiques liquides. Ils sont donc dérivés du pétrole. Lors du shampoing, ils partent dans les canalisations et rejoignent les réseaux d’eau. Sous forme microscopique, ils sont impossible à éliminer complètement à l’épuration. Ils sont en partie la cause des microplastiques qu’on trouve dans les plans d’eaux naturels et dans l’eau du robinet.

Ils ne sont pas spécialement dangereux pour la santé. Cependant, ils gainent le cheveu de façon artificielle (sans en améliorer sa qualité sur la durée). Dès qu’ils sont éliminés, le cheveu redevient terne, plat et sans volume. Le réflexe général est alors de faire à nouveau un shampoing pour retrouver de beaux cheveux.

Pour les reconnaître dans une liste INCI :

  • dimethicone, cyclohexasiloxane, … : interdits en bio

 

La glycérine

La glycérine est un ingrédient qui permet de maintenir l’hydratation du cheveux et de faciliter le démêlage.

Elle est produite automatiquement lors de la fabrication de savon. En effet, pour fabriquer du savon, il faut mélanger de la soude et de l’huile. On obtient alors des molécules de savon et des molécules de glycérine.

Les fabricants extraient la glycérine du savon et la réutilisent dans d’autres produits comme les shampoings (ou les gels hydroalcooliques). Le glycérine fabriquée dans le cadre d’une saponification à froid, avec des huiles végétales vierges, ne pose pas de problèmes particuliers pour la santé ou l’environnement.

Elle peut également être obtenue à partir de dérivés de pétrole ou de graisses animales. Attention, les fabricants ne sont pas obligés de préciser l’origine de leur glycérine.

Pour la reconnaître dans une liste INCI :

  • glycerin : autorisé en bio si elle d’origine végétale, interdite si elle est dérivée du pétrole

 

Le gel d’aloe vera

Complètement naturel, non transformé, il est extrait de la plante d’aloe vera. Comme la glycérine, il aide à maintenir le cheveu hydraté et facilite le démêlage.

C’est un excellent produit pour le soin des cheveux, respectueux du corps et de l’environnement. Cependant, l’effet d’un produit naturel comme l’aloe vera n’est pas aussi bluffant que l’effet que donnent les silicones aux cheveux. De plus, le gel d’aloe vera du commerce contient en général des conservateurs car il se conserve mal.

Pour le reconnaître dans une liste INCI :

  • aloe barbadensis leaf juice, aloe barbadensis leaf extract, aloe barbadensis leaf powder : autorisé en bio 

 

Les actifs cosmétiques

Ce sont les produits qui sont en général mis en avant sur les packagings des shampoings. Ils sont censés améliorer la qualité du cheveu et du cuir chevelu sur la durée. Malheureusement, ils sont souvent très peu dosés et apparaissent à la toute fin des listes d’ingrédients.

 

La kératine

La kératine est la protéine qui compose principalement nos cheveux. Elle est fabriquée par notre bulbe capillaire lors de la pousse.

A travers un discours marketing étrange, c’est devenu un actif à la mode dans les produits capillaires … Comme si on pouvait appliquer la kératine par l’extérieur pour reconstituer notre cheveu !

Les seuls moyens qui ont été trouvés pour faire fusionner la kératine d’un produit capillaire à la kératine de nos cheveux, c’est la chaleur, avec par exemple des lissages à la kératine. Très agressifs, je vous les déconseille vivement.

De plus, même si on peut fabriquer de la kératine d’origine végétale, c’est la kératine d’origine animale qui est la plus proche de notre kératine à nous (logique). Comme pour la glycérine, impossible de connaître l’origine de la kératine d’un produit en regardant la liste INCI.

Pour la reconnaître dans une liste INCI :

  • keratin

 

Les poudres de plantes

Les poudres riches en protéines comme la spiruline ou le moringa permettent de gainer le cheveu et d’obtenir un joli aspect. Elles sont naturellement riches en vitamines et minéraux, et permettent donc d’améliorer la qualité du cheveu sur la durée.

Ces poudres sont issues des plantes et sont très peu transformées : elles sont séchées puis broyées pour obtenir la poudre. Elles sont parfaitement biodégradables.

Pour les reconnaître dans une liste INCI :

  • moringa oleifera leaf powder (moringa) : autorisé en bio
  • arthrospira platensis extract (spiruline) : autorisée en bio

 

Les huiles essentielles

Si vous atterrissez sur ce blog par hasard, sachez que je vends des huiles essentielles, je vis huiles essentielles, je ne jure que par les huiles essentielles. Il est donc bien évident que je vais faire leur promotion.

Très riches en principes actifs, ce sont des produits de choix pour prendre soin de vos cheveux. Pour choisir les huiles essentielles qui vous correspondent le mieux, je vous renvoie à l’article dédié à ce sujet :

A lire : Les meilleures huiles essentielles pour les cheveux

Pour les reconnaître dans une liste INCI :

  • cananga odorata flower oil (ylang-ylang) : autorisé en bio
  • pelargonium graveolens leaf oil (geranium) : autorisé en bio
  • citrus aurantium leaf oil (petit grain) : autorisé en bio
  • et toutes les autres ❤️

 

CHOISIR SON SHAMPOING NATUREL

Pour récapituler, si vous ne prêtez aucune attention à votre shampoing et que vous l’achetez non bio (supermarché ou pharmacie), vous vous retrouverez probablement avec un shampoing contenant :

  • des sulfates dérivés du pétrole
  • des silicones
  • de nombreux ingrédients nocifs pour la santé et l’environnement

Sans trop changer vos habitudes, vous pouvez vous tourner vers des shampoings liquides plus respectueux des cheveux. Choisissez un shampoing :

  • bio, ce que vous garantira l’absence de dérivé de pétrole 
  • sans sulfates (vérifiez l’absence de SCS qui est autorisé en bio)

Si vous voulez faire un pas de plus pour réduire vos déchets en plastique, vous pouvez opter pour un shampoing solide. On en trouve facilement en magasin bio. Choisissez un shampoing :

  • sans sulfate (on trouve parfois du SCS dans les shampoings solides)
  • contenant des poudres de plantes et argiles
  • contenant des huiles végétales
  • avec ou sans huiles essentielles (selon vos goûts)
  • sans parfum

De mon point de vue, les shampoings aux poudres ou nopoo restent le top dans l’univers des shampoings naturels. Vous n’êtes pas obligés de renoncer aux shampoing traditionnel pour autant. Vous pouvez alterner nopoo et shampoing liquide/solide une fois sur deux par exemple.

Leave a Reply