fbpx
Culture & Société

5 idées conçues sur les huiles essentielles

By 16 novembre 2020No Comments

IDÉE CONÇUE #1 : LES HUILES ESSENTIELLES, C’EST COMPLIQUÉ

“Les recettes pour utiliser les huiles essentielles sont compliquées. Il faut avoir plein d’ingrédients.”

En se lançant dans l’utilisation des huiles essentielles, beaucoup font l’erreur de se lancer tout de suite dans des recettes très complexes. Genre, cette recette avec deux phases non miscibles qu’il faut porter à 63,41°C et mélanger pendant 1 minute 43 dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Ces recettes ratent et vous êtes dégoûtés. Vous rangez vos huiles essentielles au placard et vous leur faites la tête pendant 107 ans (voir idée conçue suivante).

C’est dommage, car il y a des moyens bien plus simple de se lancer dans l’utilisation des huiles essentielles. Des moyens qui sont à la portée de tous, peu importe le temps et l’énergie que vous souhaitez y consacrer.

Pour ma part, mon premier achat d’huiles essentielles était destiné à la réalisation d’une recette de baume à lèvres avec 3 ingrédients. Pas trop compliqué, mais j’aurais pu faire encore plus simple. (Aujourd’hui, j’utilise de l’huile de coco ou du beurre de cacao purs comme baume à lèvres).

Je suis montée en complexité petit à petit, en me renseignant à chaque fois bien sur les nouvelles expériences que j’entreprenais. Pour tout vous dire, je n’ai jusqu’à maintenant jamais réalisé de savon SAF (saponifié à froid). C’est une réalisation pour laquelle il faut être précautionneux, car on utilise de la soude caustique. Je n’ai pas pris le temps de me renseigner en détail sur la question et de me fournir le matériel nécessaire. Pour le moment, je n’en ressens pas le besoin.

Bref, chacun son rythme. Et pour vous lancer, découvrez mes DIY-minute préférés avec les huiles essentielles. Simplicité garantie :

A lire : 9 idées ultra-simples, rapides et facile pour utiliser les huiles essentielles

 

IDÉE CONÇUE #2 : LES HUILES ESSENTIELLES, AU FINAL ON NE LES UTILISE JAMAIS

“Pour une recette, il faut acheter un flacon de 5 ml et en utiliser 3 gouttes. Ensuite, on ne peut plus rien faire avec.”

Comme je le disais plus haut, les huiles essentielles qui se retrouvent au placard, c’est un effet indésirable de se lancer dans des préparations trop compliquées dès le départ. On suit à la lettre des recettes dont on ne comprend pas la liste d’ingrédients, et puis on se demande quoi faire avec les restes.

Pour moi, il vaut mieux aborder le problème dans l’autre sens. Quels problèmes avez-vous pour lesquels les huiles essentielles vous seraient utiles ? Acné, cheveux gras, ballonnements, maladie hivernale, maux de tête …

Acheter une huile essentielle adaptée pour ce problème. Une seule, oui ! Et puis regardez tout ce que vous pouvez faire avec.

Chez Menaka, lorsqu’on vous vend une huile essentielle, elle est toujours accompagnée d’une fiche qui explique tous les usages possibles. Pour les premières huiles essentielles de la gamme (géranium et ylang-ylang), nous avons rédigé des articles complets répertoriant tous les usages possibles.

Vous pouvez également vous référer à des livres d’aromathérapie. Attention, choisissez des livres organisés par huiles et non par recettes. Sinon, vous allez retrouver le même problème !

Enfin, sachez que les huiles essentielles sont toujours interchangeables dans une recette. Il faut prendre garde aux précautions d’emploi et risque d’allergie. Mais si vous trouvez une recette pour des cheveux brillants contenant 10 huiles essentielles, vous pouvez très bien les remplacer par de l’ylang-ylang seule !

 

IDÉE CONÇUE #3 : LES HUILES ESSENTIELLES, C’EST DANGEREUX

“Les huiles essentielles sont interdites pour les enfants, les femmes enceintes et allaitantes parce qu’elles sont dangereuses.”

Tout d’abord, commençons par corriger cette phrase. Certaines huiles essentielles sont interdites aux bébés, femmes enceintes et allaitantes parce qu’elles sont dangereuses. Et d’autres sont parfaitement adaptées.

Alors, pourquoi de plus en plus de marques affichent fièrement sur leurs emballages : “Sans huile essentielle : adapté à toute la famille” ?

Parce que la réglementation qui encadre les huiles essentielles est extrêmement complexe. Donc aucune marque ne veut prendre la responsabilité d’un problème que rencontrerait un client en utilisant des huiles essentielles.

Résultat, elles écrivent des contre-indications à rallonge pour se dédouaner. Au vu de ces contre-indications, les consommateurs se disent “Oulala, ça m’a l’air bien dangereux ce truc”. Et c’est compréhensible.

Pour les utiliser en toute sécurité, il faut comprendre le danger lié aux différentes huiles essentielles. Certaines huiles essentielles contenant des cétones ont un risque de toxicité nerveuse : menthe poivrée, camomille romaine, … Il ne faut surtout pas les utiliser chez les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, car elles pourraient interagir avec le développement du cerveau.

Les huiles essentielles d’agrumes sont photosensibilisantes. Elles augmentent la sensibilité de la peau au soleil et peuvent créer de graves brûlures. C’est valable aussi pour les jus d’agrumes : je vous déconseille vivement de vous étaler du jus de citron sur le corps avant d’aller vous faire bronzer. Ceci dit, personne ne vous vend du “jus sans agrume, adapté à toute la famille” …

Il y a de nombreuses autres contre-indications et elles ne sont pas à prendre à la légère. Je ne dis pas le contraire. Cependant, si vous prenez le temps de vous renseigner correctement, vous pourrez profiter de leurs propriétés, y compris sur vos enfants.

Les livres d’aromathérapie sont les sources les plus fiables pour une utilisation en toute sécurité. Les contre-indications spécifiques (photo-sensibilisante, neurotoxique, etc.) seront indiquées clairement. Si vous utilisez les huiles essentielles régulièrement et pour votre santé, je vous conseille vivement de vous en fournir un !

 

IDÉE CONÇUE #4 : LES HUILES ESSENTIELLES, ÇA NE MARCHE PAS VRAIMENT

“Les huiles essentielles et l’aromathérapie, c’est du charlatanisme, ça ne fonctionne pas vraiment.”

A mon avis, cette phrase sort souvent de la bouche de ceux qui n’ont jamais utilisé les huiles essentielles … Car leur efficacité est incontestable ! Cette efficacité est d’ailleurs liée au fait qu’elles peuvent être dangereuses, si elles sont mal utilisées (voir idée conçue précédente).

L’aromathérapie est souvent mise dans le lot d’autres thérapies naturelles avec lesquelles elle n’a rien à voir. Le magnétisme, la lithothérapie, la méditation, … Tout ça est bien différent de l’aromathérapie !

Attention, je ne dis pas que ces thérapies sont mauvaises ou inefficaces (je les connais très mal). Simplement, elles se basent sur le fonctionnement psychologique et spirituel de l’être humain. Ce fonctionnement est très intéressant, et c’est d’ailleurs celui qu’on utilise pour l’olfactothérapie.

Cependant, l’aromathérapie se base sur l’action chimique des huiles essentielles sur notre corps. S’il y a encore beaucoup à faire à ce niveau, de nombreuses études scientifiques ont déjà prouvé l’efficacité de certaines huiles essentielles sur des pathologies spécifiques.

En ce sens, l’aromathérapie se rapproche de notre médecine moderne (dont nous pouvons mettre en cause l’éthique mais pas l’efficacité …). La médecine chinoise et ayurvédique (indienne) se basent elles aussi sur les interactions chimiques entre produits de plantes et corps humain.

A lire : Les 3 piliers du fonctionnement des huiles essentielles

 

IDÉE CONÇUE #5 : LES HUILES ESSENTIELLES, C’EST PAS ÉCOLO

“Les huiles essentielles, c’est pas vraiment écolo. On rase des champs entiers juste pour produire un flacon”

Cette idée conçue est la plus rare, mais c’est aussi celle qui me blesse le plus. Celle à laquelle j’ai du mal à répondre sans m’énerver tant elle va à l’encontre de tout ce que je prône. Pourtant, je l’entends de plus en plus. Alors, je prends cette fois le temps d’y répondre calmement.

Pour replacer un peu de contexte, sachez que les huiles essentielles sont parfois décriées car elles nécessitent une grande quantité de matière première pour être produites. En effet, les taux de rendement sont autour du 2% : il faut par exemple 100g de fleurs d’ylang-ylang produire 2 ml d’huile essentielle.

Ce sont des extraits concentrés et puissants. Il faut donc les utiliser comme tels : avec parcimonie, goutte à goutte, en les diluant (dans une huile végétale par exemple).

Pour évaluer l’impact écologique des huiles essentielles, il faut se pencher sur la manière dont on les utilise et les produits / ingrédients qu’elles peuvent remplacer.

Pour ma part, j’utilise les huiles essentielles pour remplacer les médicaments en libre service (sans ordonnance). Les médicaments de synthèse sont lourdement transformés en laboratoire, générant des déchets invisibles, en plus des déchets visibles liés aux emballages.

A regarder : Devenir Zéro Déchet … vraiment !?

J’utilise également les huiles essentielles dans mes produits cosmétiques maison. Les ingrédients “d’origine naturelle” que l’on trouve dans les produits cosmétiques, y compris labellisés bio, sont souvent dérivés d’huiles de palme et de coco bon marché. Lorsqu’elles ne sont pas issues de filières éthiques, ces dernières sont souvent obtenues à force de déforestation et d’exploitation humaine.

Elles sont ensuite elles aussi lourdement transformées en laboratoire et nécessitent des tests qui génèrent des déchets cachés. Il faut leur ajouter des conservateurs et agents de texture pour assurer un minimum de stabilité. Au contraire, les huiles essentielles se conservent parfaitement et longtemps. Elles s’associent avec des huiles végétales pures dont on peut garantir la traçabilité.

J’utilise les huiles essentielles dans mes produits ménagers et pour parfumer la maison. Les parfums contenus dans les produits ménagers (de même que ceux contenus dans les cosmétiques) proviennent de deux sources : dérivés de pétrole et dérivés de plantes.

Les parfums dérivés du pétrole sont polluants à cause de l’extraction et du manque de biodégradabilité. Les parfums dérivés de plantes sont transformés à base d’extraits de plantes, tels que des huiles essentielles ou des absolus. On utilise donc les mêmes quantités de plantes pour fabriquer ces parfums ! Mais en plus, on les manipule en laboratoire et on les transforme (créant des déchets cachés et réduisant la biodégradabilité). 

Il y a donc plein de manières d’utiliser les huiles essentielles pour réduire son empreinte écologique. Et je vous invite à les essayer ! Cependant, gardez en tête que consommer moins sera toujours mieux. Ça vaut pour les huiles essentielles comme pour le reste.

Si vous avez des problèmes de peau qu’une huile essentielle peut résoudre, utilisez-la. Si votre peau se porte très bien lorsque vous faites un soin à base d’huile végétale seule, économisez votre huile essentielle.

Si votre linge sent le rat crevé avec votre nouvelle lessive maison (hello, sportifs !), ajoutez des huiles essentielles désodorisantes. Si l’odeur neutre de votre linge vous convient à la sortie de la machine, passez-vous en !

C’est du bon sens, finalement 🙂

Leave a Reply